24/08/2011

Samedi 27 août 2011 à partir de 15h : Le Blues Festival à Ploegsteert


blues  festival,ploegsteertLe samedi 27 août, Ploegsteert vivra au rythme de son 3ème Blues Festival.

Au programme, non moins de 6 artistes et groupes se présenteront sur la scène du festival cher à Philippe Braem. Cette année, contrairement à l'année dernière, le festival se déroulera sur une journée. Comme l'an dernier, il sera organisé au pied du mont de la hutte dans la rue de Messines à Ploegsteert. Le terrain offre suffisamment de place pour installer le chapiteau, les loges, les annexes. Les nombreux amateurs de blues de la région mais aussi ceux du Nord de la France et de Flandres seront particulièrement gâtés par une programmation de qualité.

Jugez plutôt du programme de cette troisième édition :

 


blues  festival,ploegsteertNICO WAYNE TOUSSAINT (FR/USA)

Nico Wayne Toussaint est un artiste tout à fait particulier dans le paysage du blues hexagonal.  Il est à la fois compositeur et harmoniciste.   Sa vie a toujours été partagée entre la Franceet les Etats-Unis ; il a d’ailleurs hérité son second prénom de son parrain américain.  
Les concerts de Nico Wayne Toussaint sont explosifs et il s’est construit, à force de talent et d’énergie, une solide réputation.   Son charisme sur scène est tout à fait exceptionnel.
Natif de Toulon, le blues entre dans sa vie lorsqu’il a 15 ans, par l’intermédiaire du disque « Hard Again » de Muddy Waters, avec James Cotton à l’harmonica.     
Quand il a 20 ans, il forme avec son père, ancien pianiste des cabarets de Montmartre dans les années 50, le groupe « Vent du Sud ».  Ils sillonneront les bars, campings et festivals de la région d’Aquitaine.
Sa véritable rencontre avec le blues a lieu en 1996, lorsqu’il accepte  un poste d’assistant en français à l’université de Minneapolis, sur la terre natale du blues.  Sur place, il rencontre alors les prestigieux musiciens locaux, tels Jimmy Johnson et Billy Branch.  En 1997, il signe avec eux un premier album, suivi par cinq autres.
Par la suite, il fait le pari difficile d’associer la langue française aux sonorités noires américaines.  Le résultat dépasse les espérances, avec des titres comme « Balade du bois joli » où Wayne joue un blues qui respecte la musique noire américaine, sur des textes capables de toucher les générations actuelles.

http://www.groupe-blues.com/

Lire la suite