02/08/2011

La Coupole d'Helfaut et le Bunker d'Eperlecques : La où le sort de la seconde guerre mondiale aurait pu basculer !

coupole,helfaut,eperlecques,bunker,guerre,v1,v2
La Coupole de Wizernes-Helfaut

Je suppose que pour vous aussi les vacances ont été gâchées par le mauvais temps ? Etant parti dans le Pas-de-Calais je n’ai pas été mieux loti que vous, rassurez-vous ! Du coup on se rabat sur les visites et comme j’étais à 10km de Wizernes-Helfaut, j’en ai profité pour visiter la Coupole et le Bunker d’Eperlecques, tous deux dédié au lancement de missiles V2 sur l’Angleterre.

Si comme moi, vous êtes passionnés de l'histoire de la seconde guerre mondiale, je vous conseille la visite de ces deux sites !

Ces deux édifices sont désormais des musées et centres d’histoire de la seconde guerre mondiale pour le Nord-Pas-De-Calais.

Aujourd’hui ces deux sites débordent d’objets d’époques provenant de la propagande nazie, des camps de concentrations et de camps de la mort. On y trouve principalement tout ce qui attraie aux missiles V1 & V2, de la documentation sous forme de photographie et de textes sur les murs de la Coupole, des véhicules et autres canons datant de la seconde guerre mondiale….Il y a également des vidéos d’époques pour chaque période de la guerre…


Tout est formidablement disposé pour s’y retrouver facilement. Pour la Coupole, après avoir traversé les immenses couloirs destinés au transport ferroviaire, vous serez invité à prendre l’ascenseur pour monter 45 mètres plus haut sous le dôme où l’essentiel de la visite est concentré. Pour le bunker d’Eperlecques, la visite se fait beaucoup en extérieur avant de pénétrer dans le bunker proprement dit. Je vous fournis sous cet article les heures d’ouvertures ainsi que les tarifs. Vous retrouverez également quelques photos des deux visites.

Un peu d’histoire…. 

Wernher Von Braun, ingénieur travaillant sur le développement de fusées à Propergol liquide est au chômage durant la crise économique de 1932 se voit proposer d’entrer dans l’armée allemande qui voit dans ce développement de fusées une parade au traité de Versailles de 1919. Von Braun accepte et dispose alors d’énormes moyens pour financer ses travaux quand Hitler arrive au pouvoir en 1933. En 1936, les armées de l’air et de terre allemandes décident de construire, à Peenemünde, dans le nord de l’Allemagne, sur les côtes de la mer Baltique, un immense centre de recherches, le plus moderne au monde… L’armée de l’air de la Luftwaffe travaille sur un avion à réaction, la future bombe volante V1 et l’armée de terre consacre ses recherches aux fusées à Propergol liquide, le futur missile V2. Le premier tir réussi de missile A4 (qui sera appelé V2 ensuite) se déroulera le 2 octobre 1942, elle est le premier engin à quitter l’atmosphère et dépasse 5 fois la vitesse du son. Hitler ordonne alors dès le 22 décembre, la construction de deux bunkers spécialisés pour le tir des V2. Une mission spéciale inspecte le Pas-De-Calais et plus précisément la région de Saint-Omer et choisit Eperlecques pour le premier bunker. Sa proximité avec l’Angleterre mais sans être trop près de la mer en fait un endroit idéal. Des massifs forestiers et des moyens de transports tels que le rail sont également des atouts. L’organisation Todt prépare les plans et rapidement le chantier débute.  De nombreux ouvriers étrangers (3000 au total) dont des belges et français issus du STO (service du Travail Obligatoire) seront réquisitionnés pour la construction du bunker. Des prisonniers Russes, Yougoslaves, Polonais, Tchèques seront également déportés sur le site et y travailleront durement. La résistance prévient alors l’Angleterre de travaux gigantesques suspects. Churchill décide d’attaquer Peenemünde et Eperlecques le 29 juin.

Le premier bombardement d’Eperlecques débute le 27 août 1942 et 185 avions pilonnent le site entre 18h46 et 19h42. 56 minutes de bombardement intense avec 366 bombes de une tonne lâchées. La partie Nord de l’édifice sera sérieusement endommagée et de nombreux ouvriers forcés présents sur le site y perdront la vie. Du 30 août au 7 septembre, quatre nouveaux bombardements auront lieu et la partie nord devient alors irrécupérable. L’Organisation Todt décide alors l’achèvement de l’usine d’hydrogène liquide dans la partie sud et avec une nouvelle technique de construction : le toit d’une épaisseur de 5 mètres est alors construit par des sections élevées progressivement au moyen de vérins hydrauliques pendant que les murs extérieurs sont aménagés. Plusieurs bombardements surviendront encore jusqu’en 1945 et auront raison du bunker. Ces derniers seront accomplis à l’aide de bombes nommées « Tallboy » de six tonnes….Le Bunker mesure aujourd’hui (après destruction durant la guerre) 40x75x33 mètres. Le volume de béton est de 41000 mètres cubes. Avant sa destruction il mesurait 102.50x216x28 mètres pour un volume de 131 000 mètres cubes coulés en quatre mois. Du 27 août 1943 au 25 août 1944, 1287 bombardiers attaquaient et larguaient 7054 bombes pour un poids total de 3682 tonnes !

La coupole voit le jour…. 

Le 27 août 1943, après le bombardement et la destruction du bunker d’Eperlecques, Hitler décide d’implanter une nouvelle base destinée à la préparation, au stockage et au lancement des missiles V2. Le lieu choisi est Wizernes-Helfaut, à 10km de Saint-Omer. Les travaux sont confiés aux grandes entreprises de travaux publics allemandes. Le tunnel ferroviaire principal, « galerie Ida » est rapidement construit. Les 1300 ouvriers répartis sur le site en deux équipes de 12 heures travaillent jour et nuit sur le chantier. La main d’œuvre est constituée d’allemands pour les contremaîtres, ouvriers qualifiés et personnel d’encadrement, de français issus du STO (service du travail obligatoire) et de prisonniers soviétiques. Les français et soviétiques, comme vous pouvez l’imaginer, étaient durement traités. Le chantier est gigantesque mais les délais sont très courts, Hitler veut que les rampes de lancements soient rapidement opérationnelles et en seulement 10 mois, 7km de galeries sont percées ! Pour protéger les futures salles de préparation au tir des missiles, l’organisation Todt décide d’ériger en janvier 1944 un immense dôme de 71 mètres de diamètres et de 5,5 d’épaisseur, le tout à l’aide de 55 000 tonnes de béton armé soit le poids de 4 tour Eiffel et demi !! La technique utilisée est celle du moule, notamment utilisée pour la construction de parkings souterrains de nos jours. Le but est de lancer non moins de 50 fusées par jour sur le centre ville de Londres et depuis la Coupole. Les réseaux de Résistance vont informer les alliés de l’existence de ce chantier mais l’ordre de bombarder la Coupole n’interviendra qu’en mars 44. Au moins 16 grandes attaques seront menées mais les 3000 tonnes de bombes lâchées ne causeront pas de réels dégâts à l’ouvrage. On comptera cela dit une cinquantaine de victimes. Hitler donnera l’ordre d’abandonner le site le 28 juillet 1944 à quelques semaines seulement d’être opérationnel.

Des centres d’histoires…. 

A la fin de la seconde guerre mondiale, tout le monde s’accorde à dire qu’il faut faire de ces deux édifices des centres d’histoires pour ne pas oublier. Le bunker d’Eperlecques sera ouvert au public en 1974. La Coupole restera longtemps abandonnée, devenant ainsi le terrain de jeu et d’explorations de nombreux enfants résidants aux alentours. Le département du Pas-de-Calais décide en 1987 de transformer la Coupole en centre d’histoire. Après 10 ans de travaux, de recherches, de mise en sécurité et de muséographie, le centre est inauguré le 9 mai 1997, date de la journée de l’Europe.

Heures d’ouverture et tarifs 

La Coupole

La Coupole est ouverte tous les jours sans interruption

  • De 10h à 19h en juillet et août
  • De 09h à 18h le reste de l’année

Tarifs :

Adultes : 9€

Réduit (français) : 7,50€ (étudiants et demandeurs d’emploi sur présentation d’une pièce justificative)

Enfants (de 6 à 16 ans) : 6€

Famille (2 adultes + de 1 à 5 enfants) : 19,50€

Pratique

Adresse : Rue du Mont-à-Car (D210) – 62570 Helfaut

Infos : France : 0321.12.27.27. Belgique : + 33321.12.27.27.

Mail : lacoupole@lacoupole.com Web : www.lacoupole-france.com

Bunker d’Eperlecques

Le bunker est ouvert tous les jours, week-end et jours fériés de mars à novembre

  • En mars de 11h à 17h
  • En avril et octobre de 10h à 18h
  • En mai, juin, juillet, août et septembre de 10h à 19h
  • En novembre de 14H15 à 17h

Tarifs :

Adultes : 9€

Enfants : 5€

Etudiants : 6€ "sur présentation de la carte"

En famille : 25€ "2 adultes et 2 enfants et plus"

Les tarifs de groupes de l'année 2011 (UNIQUEMENT SUR RESERVATION)

Groupe adultes de 10 à 30 personnes: 6€

Groupe adultes plus de 30 personne: 5,50€ "1 responsable et le chauffeur de bus gratuit"

Groupe scolaire: 4,50€ par enfant "1 responsable gratuit pour 12 enfants "

Pratique

Adresse : Rue du Sart – 62910 Eperlecques

Infos : France : 03.21.88.44.22 Belgique : +333.21.88.44.22

Web et contact mail : http://www.leblockhaus.com

Franck Clarion (Merci au personnel de la Coupole et du Bunker pour toutes ces infos précieuses et pour leur disponibilité).

La coupole

Le Bunker d'Eperlecques

18:51 Publié dans Tourisme, visites.. | Lien permanent | |  Facebook | | |  Imprimer | |