24/02/2014

Comines : émus par la guerre, les élèves témoignent

céline et Aurélie.JPG
Céline et Aurélie Marécaux

L’athénée royal de Comines, toutes sections confondues, a développé le devoir de mémoire. Les élèves de l’athénée Royal Fernand Jacquemin de Comines ont été sensibilisés au travail de mémoire.

Quelques élèves nous racontent quelques anecdotes et témoignent de ce qu'ils ont vu et retenu.

Céline (5ème général), âgée de 16 ans, et sa sœur, Aurélie (4ème général), âgée de 15 ans, ont été très marquées par la visite à Breendonk. «Dès notre arrivée, on sentait qu’il s’était passé quelque chose ici. Nous avons visité la salle des tortures, c’était très choquant. Là-bas, nous avons vu aussi des photos des prisonniers à leur arrivée et des photos lors de leur sortie du camp, ils étaient amaigris. C’est toujours intéressant de venir s’en rendre compte sur place. C’est une bonne initiative pour nous mettre dans le bain et pour avoir une idée de ce qu’il s’est passé.»


Alexandra.JPG
Alexandra Trentesaux

Alexandra, 17 ans, est en sixième année professionnelle, option puéricultrice. Elle a aussi eu l’occasion d’aller à Breendonk. «Nous avons pu visiter toutes les pièces dont celle des tortures. Le guide expliquait très bien, il rentrait dans les détails et il vivait vraiment ça avec nous. En y allant, nous étions dans le vif car il faisait froid. Or, nous étions habillés. Alors on imagine les prisonniers, sans habits, dans des conditions déplorables… Je suis déjà venue ici mais la première fois, je ne voyais pas ça comme ça. C’était très touchant.»

Anecdote

Ils ont trouvé une clé dans le sol à Auschwitz - En 2012, un groupe d’élèves de l’athénée a pris part à une partie du programme du «Train des 1000» à Auschwitz. Ils ont visité des choses incroyables, comme le camp d’Auschwitz II Birkenau. «Lors de la visite, une enseignante a trouvé une clé dans le sol. Le terrain étant marécageux, des objets refont, par moment, surface. C’est un symbole d’espoir de retour, de foyer, de vie à jamais anéantie par la folie collective du nazisme.»

Pièce de théâtre


Du théâtre sur la guerre - Durant l’année scolaire, des élèves du 3ème degré technique ont également eu l’occasion de voir une pièce de théâtre. Le 31 janvier dernier, ils ont assisté à «Maux de guerre, guère des mots?», spectacle proposé par les étudiants de 2ème BAC «instituteurs primaires» de la Haute École du Hainaut de Tournai. «La pièce parlait de la première guerre mondiale. L’accent a été mis sur l’aspect humain, notamment en évoquant la place de la femme dans la guerre et celle des enfants mais aussi les conditions de vie des soldats.»

Rencontre

sobol.jpg
Paul Sobol (Crédit photo : SudPresse)

Un rescapé des camps bientôt à la MJC - Le 13 mars prochain, l’école cominoise aura «l’honneur», dixit les professeurs, d’accueillir Paul Sobol, un rescapé d’Auschwitz. La rencontre se fera à la MJC. Ce rescapé a déjà parcouru plusieurs écoles de Belgique, comme à Herseaux, pour parler de son vécu pour lequel il garde un souvenir indélébile. Cette rencontre sera le point d’orgue de la réflexion des élèves sur le sujet.

Une course

600 euros, c’est la somme récoltée par les élèves, les enseignants et même le préfet lors de la course du souvenir 2013, qui se déroule chaque 11 novembre. Cette course, symbole de paix se déroule à Ploegsteert. «Une quarantaine d’élèves et professeurs ont couru pour soutenir les petits producteurs du Sud en se faisant parrainer pour le CNCD-11.11.11.», détaille Fatima Ahallouch, enseignante. «Chaque coureur a été parrainé. Nous avons ainsi pu récolter 600 euros».Y.C.