18/08/2013

À quelques minutes de Comines, c’est le plus grand cimetière du genre au monde

tynecot 003 (Copier).jpgZonnebeke - Tyne cot: 12.000 tombes britanniques de 1914-1918. À une petite demi-heure de Comines et Mouscron, c’est un lieu qui a de quoi surprendre: des tombes blanches à perte de vue, impeccablement alignées.

Près de 12.000 tombes de soldats britanniques tombés pendant la guerre 14-18, qui font du cimetière Tyne cot de Zonnebeke le plus grand cimetière du Commonwealth au monde. 

Si l’on cherche une tombe en particulier, le «Tyne cot cemetery» peut très vite se révéler un véritable labyrinthe… Deux copains écossais, à la recherche d’un ancêtre tombé sur le front, en font l’expérience: ils errent au milieu des 11.957 tombes de soldats du Commonwealth qui forment comme un véritable mur blanc lorsqu’on pénètre dans l’enceinte. Ne trouvant pas le nom de l’ancêtre, les deux hommes sont obligés de se rabattre sur le mur (on serait tenté de dire la «muraille») sur lequel sont gravés les noms de 34.984 autres soldats. Leur quête continue, sans la moindre trace de découragement. «Regarde un peu tous ces noms, c’est vraiment incroyable le nombre d’hommes qui sont morts ici!», fait remarquer l’un d’entre eux. Difficile de dire le contraire quand on se poste à côté du monument situé au centre du cimetière, une croix située au sommet d’une volée de marches monumentales, et qu’on voit toute l’étendue du Tyne cot…


tynecot 030 (Copier).jpg

Au fil des allées, on croise toutes sortes de visiteurs (enfin, surtout des Britanniques, dont les voitures remplissent le petit parking): groupes de personnes âgées, couples entre deux âges, mais aussi des petites familles, avec des enfants en bas âge. Les parents ont fait l’audacieux pari d’intéresser les enfants à l’histoire de la grande guerre, par un biais a priori rebutant: la visite d’un cimetière militaire. Et pourtant les gamins se prennent au jeu.

tynecot 014 (Copier).jpg

En particulier parce que la majorité des tombes présentent une particularité: elles sont anonymes. «À soldier of the great war. Known unto God» («Soldat de la Grande guerre, connu de Dieu», en V.F.), une formule attribuée à l’écrivain Rudyard Kipling (dont le fils est tombé au cours des combats de la première guerre mondiale, à Loos-en-Gohelle). De quoi intriguer…

tynecot 020 (Copier).jpg

Mais c’est aussi l’occasion pour les Edwards, jeune couple anglais, de faire réviser sa géographie à leur petite fille. Car les soldats dont les noms sont gravés sur les tombes (ils ne sont que 3.487 sur 11.957 à être totalement identifiés, pour 2.936 identifications partielles) venaient des quatre coins du globe: ici, des Néo-zélandais. Là, des Ecossais. Un peu plus loin, des Sud-africains. Gageons que la fillette aura retenu les leçons du jour, et, ainsi, justifiera la devise inscrite au milieu du Tyne cot, «Their name liveth for evermore»: «leur nom vivra à jamais». 

J.A.

10:27 Publié dans Westhoek | Lien permanent | |  Facebook | | |  Imprimer | |