12/11/2011

Le Bizet : Fidèles à la parole donnée

Joffre Ribout, Joseph Dupon,R.A.F. (122e escadrille), le bizetUne parole c’est une parole ! Surtout lorsqu’il s’agit d’honorer le souvenir d’une personne. Depuis maintenant sept ans, Joseph Dupon et son ami René Plésier font, chaque année, le 9 novembre, le bref voyage jusqu’à Ypres pour y fleurir la tombe d’un soldat canadien, Joffre Ribout, pilote de chasse dans la R.A.F. (122e escadrille), tombé au champ d’honneur à Ploegsteert le 5 mai 1942.

Une cérémonie du souvenir qui n’aurait jamais eu lieu sans la découverte dans un plafond d’une habitation d’un morceau de métal, un morceau du Spitfire de Joffre Ribout.


C’est lors d’une cérémonie commémorative en l’honneur d’un pilote belge, le capitaine-aviateur Baudouin de Hemptinne, ancien de la bataille d’Angleterre, et chef de la formation de Joffre Ribout, abattu le même jour que le pilote canadien lors d’un raid sur Lille, que Joseph Dupon a parlé à des hauts gradés de notre Force Aérienne de ce morceau d’avion qu’il avait chez lui.

La machine s’est alors mise en route et rapidement, notre Bizétois a été mis au courant que le morceau en question provenait du Spitfire de Joffre Ribout.

Joffre Ribout, Joseph Dupon,R.A.F. (122e escadrille), le bizet

Désireux de remettre la pièce à la famille, Joseph Dupon et son ami René Plésier sont alors partis au Canada, à Mattawa, pour remettre la dite pièce à la famille de Joffre Ribout. C’était il y a déjà 7 ans !

Ardents défenseurs du souvenir, Joseph et René militent pour le « devoir de mémoire ». C’est ainsi que chaque année, le 9 novembre, fidèles à la parole donnée, ils se rendent à Ypres pour fleurir la tombe du sergent Joffre Ribout.

Soulignons que Joseph Dupon est également à la base de la construction d’une stèle à la mémoire du pilote canadien. Celle-ci est érigée rue Sainte-Marie, à quelques de l’endroit où Joffre Ribout s’est écrasé.